24 janvier 2014

Féerie...

      Noir  val — et cours d’eau ombreux ? et bois pareils à des nuages, dont on ne peut découvrir les formes, à cause des larmes qui s’égouttent partout,   là croissent et décroissent d’énormes lunes — encore — encore — encore à tout moment de la nuit changeant à jamais de lieu,   elles éteignent la lumière des étoiles avec l’haleine de leurs faces pâles. Vers minuit au cadran lunaire, une plus nébuleuse que le reste (d’une espèce qu’à l’épreuve elles ont trouvé être la... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 16:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]