29 février 2016

Le petit prince a dit...

  Les hommes de chez toi, dit le petit prince,   cultivent cinq mille roses dans un même jardin…   et ils n'y trouvent pas ce qu'ils cherchent. Et cependant, ce qu'ils cherchent pourrait être trouvé dans une seule rose et un peu d'eau. Mais les yeux sont aveugles. Il faut chercher avec le cœur.   Antoine de St Exupéry, Le petit prince      
Posté par Marycoeur à 17:08 - Commentaires [4] - Permalien [#]

26 février 2016

Avec l'encre couleur du temps ...

J'écris avec l'encre noire, les chagrins de tous les jours et leur trame sans histoire, et leur éternel retour... J'écris le deuil des saisons et le mal de la raisonet le jour près de s'éteindre.   J'écris avec l'encre verte un jardin que je connais. J'écris les feuilles et l'herbe que le printemps remuait...   J'écris la lumière douce des chemins de mon pays...   Avec l'encre violette, j'écris les soirs de bruyèressur les terres désolées et j'écris les âmes fièresde n'être... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 17:47 - Commentaires [3] - Permalien [#]
25 février 2016

Vis ta vie ...

"N'attend rien de la vie, vis la. Elle te surprendra de temps en temps. Et il y aura d'autres peines, d'autres instants hors du temps . Des hauts, des bas, des jours plus bas que terre, et d'autres parmi les étoiles."   — P(via ambiguïté)  
Posté par Marycoeur à 16:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 février 2016

Quand j'ouvrirai ma fenêtre...

Quand j’ouvrirai ma fenêtre au printemps, ma fenêtre traversée de merles et de promesses ; quand le soleil prendra la rue en enfilade, le doux soleil et sa blessure invisible… Il y a des moments où notre univers devient dérisoire et la seule réalité qui triomphe c’est cela : cette vibration qui fait s’écrouler les ruines, fleurir la pierre. Je rêve aux jonquilles qui vont parsemer la colline. Cette fragilité et cette persévérance, et ce violent parfum qui se prolonge, ... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 17:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 février 2016

C'est un endroit...

  C'est un endroit, ici, où tu prends congé de toi-même. Ce que tu es se détache doucement de toi, peu à peu. Et à chaque pas, tu le laisses derrière toi,   sur ce rivage qui ne connaît pas le temps et ne vit qu'un seul jour, toujours le même.   Le présent disparaît et tu deviens mémoire.[…]Ce que je suis désormais, est advenu : et cela vit en moi, ici, maintenant,   comme un pas dans une trace, comme un son dans un écho, et comme une énigme dans sa réponse. Cela ne meurt pas, ... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 16:52 - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 février 2016

à la poursuite de l'espérance...

  Il y a des moments où il faut se précipiter à la poursuite de l'espérance. L'air dans lequel on vivait, on le sent soudain qui se solidifie autour de vous comme du ciment. Ce qui vivait autour de vous   n'est plus qu'une peinture sur la pierre qui vous emmaillote .C'est alors qu'il faut s'arracher et non pas fuir, mais poursuivre. C'est l'effort le plus barbare du monde mais le plus beau. Faire le premier pas.Et puis les autres pas !   Jean Giono  
Posté par Marycoeur à 16:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 février 2016

Écoute...

  Écoute, écoute, j'ai encore une chose à dire. Ce n'est pas important, je sais, ça ne va pas sauver le monde   ni changer la vie de personnemais qui est aujourd'hui capable de changer le monde   ou seulement de changer le sens de la vie de quelqu'un ?   Ecoute-moi, je ne serai pas long.C'est peu de chose, comme la bruinequi commence lentement à venir. Ce sont trois, quatre mots, guère davantage.Des mots que je veux te confier.   Pour que ne s'éteigne pas leur feu, leur feu... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 16:40 - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 février 2016

Les montagnes...

Les montagnes ne vivent que de l’amour des hommes. Là où les habitations, puis les arbres, puis l’herbe s’épuisent, naît le royaume stérile, sauvage, minéral ; cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, il dispense une richesse qui n’a pas de prix : le bonheur que l’on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent. Gaston Rebuffat
Posté par Marycoeur à 17:35 - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 février 2016

Même pas une fois ...

  “Même pas une foisTu n’as cruQue le vent vient vers toiParce qu’il t’aime."     Guillevic          
Posté par Marycoeur à 23:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 février 2016

Il a neigé la veille...

Il a neigé la veille et, tout le jour, il gèle. Le toit, les ornements de fer et la margelle du puits,    le haut des murs, les balcons, le vieux banc, Sont comme ouatés, et, dans le jardin, tout est blanc.     Le grésil a figé la nature, et les branches Sur un doux ciel perlé dressent leurs gerbes blanches.     Mais regardez. Voici le coucher de soleil. À l’occident plus clair court un sillon vermeil. Sa soudaine lueur féerique nous arrose, Et les arbres d’hiver... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 14:22 - Commentaires [2] - Permalien [#]