tumblr_nyeymdrN3B1u1l8sno1_1280a

Dans le silencieux automne
D’un jour mol et soyeux,

 


Je t’écoute en fermant les yeux,
Voisine monotone.



Ces gammes de tes doigts hardis,
C’étaient déjà des gammes


Quand n’étaient pas encor des dames
Mes cousines, jadis ;

 



Et qu’aux toits noirs de la Rafette,
Où grince un fer changeant,

 


Les abeilles d’or et d’argent
Mettaient l’aurore en fête.

Jean-Paul Toulet

 

 

 

14364857_1756279771315856_351844405a7253273484_n