07 novembre 2016

Si tu veux être heureux...

  Si tu veux être heureux, ne cueille pas la rose Qui te frôle au passage et qui s'offre à ta main; La fleur est déjà morte à peine est-elle éclose. Même lorsque sa chair révèle un sang divin.     N'arrête pas l'oiseau qui traverse l'espace; Ne dirige vers lui ni flèche, ni filet. Et contente tes yeux de son ombre qui passe Sans les lever au ciel où son aile volait;   N'écoute pas la voix qui te dit : « Viens ». N'écoute   Ni le cri du torrent, ni l'appel du ruisseau; Préfère au diamant le... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 16:57 - Commentaires [2] - Permalien [#]

31 octobre 2016

L'automne merveilleux...

L’ automne, l’ automne merveilleux, mêlait son or et sa pourpre aux dernières verdures restées vives, comme si des gouttes de soleil fondu avaient coulé du ciel dans l’ épaisseur des bois. Guy de Maupassant, Contes de la bécasse
Posté par Marycoeur à 17:22 - Commentaires [3] - Permalien [#]
30 octobre 2016

Taire nos pensées...

  Combien de fois, au hasard d'une heureuse et profonde journée,     n'avons-nous pas rencontré la lisière d'un bois,     un sommet, une source, une simple prairie, qui nous commandaient de faire taire nos pensées   et d'écouter plus profond que notre coeur ! Maurice Barrès, La Colline inspirée  
Posté par Marycoeur à 14:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 octobre 2016

Silencieux automne...

  Dans le silencieux automne D’un jour mol et soyeux,   Je t’écoute en fermant les yeux, Voisine monotone. Ces gammes de tes doigts hardis, C’étaient déjà des gammes Quand n’étaient pas encor des dames Mes cousines, jadis ;   Et qu’aux toits noirs de la Rafette, Où grince un fer changeant,   Les abeilles d’or et d’argent Mettaient l’aurore en fête. Jean-Paul Toulet        
Posté par Marycoeur à 15:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 octobre 2016

Quand automne en saison revient...

  Quand automne en saison revient,La forêt met sa robe rousse Et les glands tombent sur la mousseOù dansent en rond les lapins. Les souris font de grands festinsPendant que les champignons poussent. Ah ! que la vie est douce, douceQuand automne en saison revient. SAMIVEL (1907-1992)
Posté par Marycoeur à 14:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 octobre 2016

Les sentiments authentiques...

Je crois que les sentiments authentiques sont extrêmement rares et que l’immense majorité des êtres humains se contentent de sentiments de convention qu’ils s’imaginent réellement éprouver. André Gide
Posté par Marycoeur à 17:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 octobre 2016

Le don de la patience...

        Alors soyez patients envers vous-même, soyez patients envers ces choses que vous aimeriez qu’elles aillent plus vite. Car chaque danse respecte un rythme, et la danse de l’équilibre demande à ce que vous soyez dans chacun de vos pas,  totalement incarné. Ozalee, https://voyageaucoeurdesastres.wordpress.com/2016/
Posté par Marycoeur à 16:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 octobre 2016

Refuge...

"C’est un instinct commun à tous les êtres sensibles et souffrants de se réfugier dans les lieux les plus sauvages et les plus déserts ; comme si des rochers étaient des remparts contre l’infortune,     et comme si le calme de la nature pouvait apaiser les troubles malheureux de l’âme." — Bernardin de Saint-Pierre, (Paul et Virginie)
Posté par Marycoeur à 12:03 - Commentaires [4] - Permalien [#]
20 octobre 2016

à l'automne...

  à l’automneà l’automne, les feuilles volent au vent.   portées par le temps qui soupire,elles déambulent dans les rues, tristement,       cherchant un endroit où se blottir.     A l’automne, les enfants reprennentle chemin de l’école. Sur le pupitre,   les feuillent rêvent de l’été qui, lentement,s’encre au verso de ce nouveau chapitre. A l’automne, le froid s’installe.déjà, les souvenirs d’été se fanentsur les pages du temps qui râle. les feuilles, couleur de feu... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 15:02 - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 octobre 2016

Marthe...

Marthe que ces vieux murs ne peuvent pas s'approprier, fontaine où se mire ma monarchie solitaire, comment pourrais-je jamais vous oublier puisque je n'ai pas à me souvenir de vous :vous êtes le présent qui s'accumule. Nous nous unirons sans avoir à nous aborder, à nous prévoir comme deux pavots font en amour une anémone géante. Je n'entrerai pas dans votre cœur pour limiter sa mémoire. Je ne retiendrai pas votre bouche pour l'empêcher de s'entr'ouvrir sur le bleu de l'air et la... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 13:54 - Commentaires [3] - Permalien [#]