18 octobre 2016

L'enfant de quelqu'un...

Quelque soit notre âge, on reste toujours les enfants de quelqu'un, et les bras qui s'écartent sont les plus belles portes qui puissent s'ouvrir. Gilles Legardinier - (Quelqu'un pour qui trembler)      
Posté par Marycoeur à 18:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 septembre 2016

La vie est courte...

La vie est courte, même pour ceux qui vivent longtemps. Il faut vivre pour quelques-uns qui vous connaissent, vous apprécient, vous jugent et vous absolvent, et pour lesquels on a même tendresse et indulgence. Sarah Bernhardt (1844-1923) - Mémoires; ma double vie - Paris 1907.
Posté par Marycoeur à 18:10 - Commentaires [8] - Permalien [#]
23 septembre 2016

Les chemins d'automne...

"Comme des lampions par les chemins d‘automne tu te balances en mon esprit et comme une étincelle tu rayonnes lorsque parfois devant moi l‘horizon s‘est assombri." Reinhard-Frederik Mey
Posté par Marycoeur à 18:52 - Commentaires [3] - Permalien [#]
08 septembre 2016

Quand partir...

  Quand partir n’était encore Qu’une autre façon de rester   Comme l’eau dans la rivière, les mots dans le poème Et moi,         toujours en partance Entre l’encre et les étoiles, à rebrousser sans fin Le chemin de tes larmes. — Petits riens pour jours absolus, Guy Goffette
Posté par Marycoeur à 17:42 - Commentaires [4] - Permalien [#]
26 août 2016

Suis ta destinée...

Suis ta destinée,Arrose les plantes, Aime les roses.Le reste est l’ombreD’arbres étrangers. La réalitéEst toujours plus ou moinsQue ce que nous voulons. Nous seuls sommes toujoursÉgaux à nous-mêmes. Vivre seul est doux,Vivre simplement, Toujours, est noble et grand, Sur les autels, en ex-votoPour les dieux, laisse la douleur. Regarde la vie de loin.Ne l’interroge jamais. Elle ne peut rienTe dire. La réponseEst au-delà des dieux. Mais sereinementImite l’OlympeAu fond de ton coeur. Les dieux sont... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 18:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 août 2016

Soleil couchant...

  Le soleil avant de se coucher dans les carreauxatteint sur la table la lame d’un couteau.   Les autres objets sont là, autour de lui,à attendre la lueur qui va les faire respirer. Le soleil se retire des champsaprès avoir brisé ses lampes dans les ruisseaux.   Pour les garder longtemps au-dessus du mondeles immeubles se font hauts comme des falaises.   C’est l’heure où l’on marche sur la terrecomme sur une passerelle,   où sans te reconnaître tu te regardes dans les vitrinesque rien ne... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 16:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]

06 août 2016

Une dame ...

Asseyez-vous,Madame, dans ce fauteuil au cuir si frais. Prenez ces reines-claudes, Ces roses-thé aussi, qui s'harmonisent avec votre corsage. Nous nous sommes connus à bord de quel navire ? Bien sûr, j'ai enseigné le russe, l'amour courtois, les poètes baroques : c'était au cœur d'un autre continent. Vous êtes veuve et vous avez perdu un fils dans une guerre injuste ? Les sentiments ne meurent pas : ils deviennent boiteux, ou plutôt gauches. Ce que je suis se trouve dans mes livres : ce... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 20:16 - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 juillet 2016

Là-haut...

Vois-tu, là-haut, ces alpages des anges entre les sombres sapins ?Presque célestes, à la lumière étrange, ils semblent plus que loin.Mais dans la claire vallée et jusques aux crêtes, quel trésor aérien ! Tout ce qui flotte dans l'air et qui s'y reflèteentrera dans ton vin. Jean Richepin
Posté par Marycoeur à 18:07 - Commentaires [5] - Permalien [#]
05 juillet 2016

La poésie...

L'ART DE LIRE LA POÉSIE Voilà une chose dont on ne parlepresque jamais et qui devrait fairepartie de notre mode de vie urbain : la lecture de la poésie.Depuis qu'on a quitté la campagne pour cette vie accélérée la lecturede la poésie est devenue aussiessentielle que l'oxygène. Les médecins auraient dû prescrire la poésiecomme traitement contre le stress. Si les poètes semblent si angoissés c'estpour que leurs lecteurs puissent mieuxrespirer. D'abord un conseil : ça ne se litpas comme un roman. ... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 18:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
27 juin 2016

Ô Provence !

    La mer bleue au-delà des sables immobiles ; Un ciel qui peint avec de brûlantes couleurs ;        Des filles aux cils bruns, comme de fortes fleurs Dressant leur corps nerveux, belles d'être nubiles ;  De fiers aspects, malgré les feuillages débiles Des oliviers frileux aux bleuâtres pâleurs.         Ô Provence ! pays des gais conteurs habiles, Ton grand soleil n'a pas essuyé tous les pleurs.    Dans... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 19:55 - Commentaires [5] - Permalien [#]