13 juillet 2015

Air magique...

Là-haut sur le toit même souffle un air magique Frisant continuellement le flot et les forêts Un air si rare au milieu des formes tragiquesHarmonieuses par l'intense ciel creusé ; L'air baigneLes poumons et le cour et la chair ou douleur Le chagrin l'espérance et la mélancolie,L'air revêtu de foin et d'absente chaleur, Effaçant jusqu'au haines d'un amour magique,Des forêts comme l'orgue aux prologues du vert Il engendre un grand êtreJouant le vrai théâtre en notre éternité Pierre Jean Jouve ... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 18:46 - Commentaires [4] - Permalien [#]

09 juillet 2015

Poésie des hommes ...

    Gorgée de terre Peuplée d'espace Parlant tout notre visage   Poésie tu ne cesses de venir   Tu ratures les abris Tu enjambes les empreintes Rebelle aux pièges du temps tu décapes les jours     Et nous soudain à l'écoute soudain surgis des heures rivales soudain hors du sommeil sans îles soudain abolissant l'écart en mille milliards de oui   nous frayons passage à ta voix   Ainsi raccordés à la parole Nous voici Te voici :   Où la terre est... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 19:57 - Commentaires [3] - Permalien [#]
07 juillet 2015

À la campagne...

le foin sent le sommeille foin sentait bon dans des rêves d’autrefoisles après-midi de campagne échauffent le seigle le soleil fait sonner la rivière en fer blanc étincelantla vie les champs en or fondu le soir l’appontement à travers le ciella soirée et les vêpres   les vaches laitières rentrant aux bâtimentsruminent près de l’auge plein de crépuscule les nuits de dessous des bras des croix aux croissements des cheminstombe de la vermoulure azurée des étoiles des petits nuages devant le seuil... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 20:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 juillet 2015

Mais avec tant d'oubli...

MAIS AVEC TANT D’OUBLI (Oublieuse mémoire)   Mais avec tant d'oubli comment faire une rose, Avec tant de départs comment faire un retour? Mille oiseaux qui s'enfuient n'en font un qui se pose Et tant d'obscurité simule mal le jour.   Ecoutez, rapprochez-moi cette pauvre joue, Sans crainte libérez l'aile de votre coeur Et que dans l'ombre enfin notre mémoire joue, Nous redonnant le monde aux actives couleurs.   Le chêne redevient l'arbre et les ombres, plaine, Et voici donc ce lac sous nos yeux... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 19:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 juillet 2015

Nous n'osons plus parler des roses...

  Nous n’osons plus parler des roses : Quand nous les chantons, on en rit ; Car des plus adorables chosesLe culte est si vieux qu’il périt.   Les premiers amants de la terreOnt célébré Mai sans retour,   Et les derniers doivent se taire,Plus nouveaux que leur propre amour.   Rien de cette saison fragileNe sera sauvé dans nos vers, Et les cytises de VirgileOnt embaumé tout l’univers. Ah ! frustrés par les anciens hommes, Nous sentons le regret jalouxQu’ils aient été ce que nous... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 16:07 - Commentaires [3] - Permalien [#]
04 juillet 2015

D'instant en instant...

  D'instant en instant Germe le temps qui me tisse   File le temps qui me traque S'écourte le temps qui me fuit D'instant en instant Captif du temps qui s'élance   Je navigue Sur les jeux du songe   Sur le flux du présent Sur l'élan de l'âme Sur les remous du cœur D'instant en instant Au rythme du temps qui nous modèle Nos ombres se démènent   Sur la toile de vie. Andrée Chedid     (peintures de Michael & Iréna Garma)          ... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 13:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 juillet 2015

Il faut vivre, vivre, rien que vivre !

Et surtout que Demain n’apprenne pas où je suis  Les bois, les bois sont pleins de baies noires Ta voix est comme un son de lune dans le vieux puitsOù l’écho, l’écho de juin vient boire. Et que nul ne prononce mon nom là-bas, en rêve, Les temps, les temps sont bien accomplis  Comme un tout petit arbre souffrant de prime sèveEst ta blancheur en robe sans pli. Et que les ronces se referment derrière nous,Car j’ai peur, car j’ai peur du retour. Les grandes fleurs blanches ... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 14:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 juillet 2015

Si vous venez sous mes ombrages...

  Si vous venez sous mes ombrages, Ô voyageurs, vous reposer, Goûtez la fraîcheur des nuages Où glissent mes plus doux baisers ; Écoulez les feuilles luisantes Remuer avec un bruit d'eau Au-dessus des sources dormantes Où mon rêve sobre est enclos.   Sous la lumière atténuée Cheminez sans voix et gardez Le souvenir de ces nuées Qui caressent les noirs sommets Dans la pluvieuse buée.   Cécile Sauvage (recueil le vallon 1913)      
Posté par Marycoeur à 15:42 - Commentaires [3] - Permalien [#]
28 juin 2015

Ô le calme jardin d'été ...

  Ô le calme jardin d'été où rien ne bouge ! Sinon là-bas, vers le milieu De l'étang clair et radieux, Pareils à des langues de feu, Des poissons rouges.   Ce sont nos souvenirs jouant en nos pensées Calmes et apaisées Et lucides - comme cette eauDe confiance et de repos.   Et l'eau s'éclaire et les poissons sautillent Au brusque et merveilleux soleil, Non loin des iris verts et des blanches coquillesEt des pierres, immobiles Autour des bords vermeils.   Et c'est doux de les voir aller,... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 20:47 - Commentaires [3] - Permalien [#]
26 juin 2015

À Miss Mary...

Le Destin a voulu que vous fussiez charmante, Et vous l’êtes. Riez, miss Mary, regardez : Vous charmez toute chose et tout vous complimente ;   Les cœurs courent à vous, par vos beaux yeux guidés. Et vos cheveux sont d’or, l’air de mai les tourmente, Votre frais rire éclate en grelots saccadés ; On vous aime de tout, même d’être inclémente,   Et l’amour avec vous en vain pipe les dés. Il semble qu’on pourrait, tant vous êtes petite,Vous cacher sur son cœur, comme on fait d’un... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 19:48 - Commentaires [7] - Permalien [#]