14 février 2016

Les montagnes...

Les montagnes ne vivent que de l’amour des hommes. Là où les habitations, puis les arbres, puis l’herbe s’épuisent, naît le royaume stérile, sauvage, minéral ; cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, il dispense une richesse qui n’a pas de prix : le bonheur que l’on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent. Gaston Rebuffat
Posté par Marycoeur à 17:35 - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 février 2016

Même pas une fois ...

  “Même pas une foisTu n’as cruQue le vent vient vers toiParce qu’il t’aime."     Guillevic          
Posté par Marycoeur à 23:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 février 2016

Il a neigé la veille...

Il a neigé la veille et, tout le jour, il gèle. Le toit, les ornements de fer et la margelle du puits,    le haut des murs, les balcons, le vieux banc, Sont comme ouatés, et, dans le jardin, tout est blanc.     Le grésil a figé la nature, et les branches Sur un doux ciel perlé dressent leurs gerbes blanches.     Mais regardez. Voici le coucher de soleil. À l’occident plus clair court un sillon vermeil. Sa soudaine lueur féerique nous arrose, Et les arbres d’hiver... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 14:22 - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 février 2016

Tout est miracle...

  « Habituellement, les gens pensent que marcher sur l’eau   ou dans les airs relève du miracle. Mais, personnellement,   je crois que marcher sur terre est le véritable miracle. Chaque jour que nous vivons,   nous sommes au milieu d’un prodige que nous n’apercevons même pas : le ciel bleu, les nuages blancs, les feuilles vertes, les yeux noirs et curieux d’un enfant, nos propres yeux… tout est miracle. »   Thich Nhat Hanh  
Posté par Marycoeur à 17:53 - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 février 2016

Il nous faudra regarder...

Il nous faut regarderCe qu'il y a de beau Le ciel gris ou bleuté   Les filles au bord de l'eau L'ami qu'on sait fidèle Le soleil de demain Le vol d'une hirondelle Le bateau qui revient   Jacques Brel (Il nous faudra regarder-extrait)
Posté par Marycoeur à 15:52 - Commentaires [4] - Permalien [#]
07 février 2016

J'attends...

J’attends. Le vent gémit. Le soir vient. L’heure sonne. Mon cœur impatient s’émeut. Rien ni personne. J’attends, les yeux fermés pour ne pas voir le temps Passer en déployant les ténèbres. J’attends. Cédant au sommeil dont la quiétude tente, J’ai passé cette nuit en un rêve d’attente. Le jour est apparu baigné d’or pourpre et vif, Comme hier, comme avant, mon cœur bat attentif. Et je suis énervé d’attendre, sans comprendre, Comme hier et demain, ce que je puis attendre.   J’interroge mon cœur, qui... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 16:12 - Commentaires [4] - Permalien [#]

03 février 2016

À la limite de la lumière et de l'ombre...

A la limite de la lumière et de l'ombre Je remue un trésor plus fuyant que le sable Je cherche ma chanson parmi les bruits du monde Je cherche mon amour au milieu des miracles Un poème commence où la voix s'est brisée Et je fais mon bonheur en dénouant tes mains A la limite de la lumière et de l'ombre  Jean Odilon Perier
Posté par Marycoeur à 09:19 - Commentaires [4] - Permalien [#]
02 février 2016

Ce qu'est la beauté...

  À l'enfant qui me demanderait ce que c'est que la beauté  et ce ne pourrait être qu'un enfant, car cet âge seul a le désir de l'éclair et l'inquiétude de l'essentiel  je répondrais ceci : est beau tout ce qui s'éloigne de nous, après nous avoir frôlés.   Est beau le déséquilibre profond  le manque d'aplomb et de voix  que cause en nous ce léger heurt d'une aile blanche.     La beauté est l'ensemble de ces choses qui nous traversent et nous ignorent,   ... [Lire la suite]
Posté par Marycoeur à 15:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 janvier 2016

Mes pensées...

Le vent agite mes pensées, c'est comme si les branches du grand saule   cherchaient dans la rivière un sens à ma vie. Le courant, lui, caresse au passage, les terminaisons nerveuses de ce tronc aux longs bras de méduse verte. Ils plongent aussi en moi, tous ces bras ; pour soupeser du bout de leur branchages ailés,  les silences et les battements d'un cœur définitivement contemplatif. Assis, face au vent, je regardais le grand saule.  Jacques Dor
Posté par Marycoeur à 18:30 - Commentaires [3] - Permalien [#]
28 janvier 2016

Sincères remerciements...

      Parfois notre lumière s'éteint, puis elle est rallumée par un autre être humain. Chacun de nous ,doit de sincères remerciements à ceux qui ont ravivé leur flamme. Albert Schweitzer
Posté par Marycoeur à 23:13 - Commentaires [5] - Permalien [#]